Alors que la Commission européenne prépare, pour 2023, une révision de la législation européenne sur le bien-être animal en vue de son renforcement, nombre de parties prenantes (au sein des États membres, au Parlement ou chez les professionnels) appellent à d’abord harmoniser les règles à l’ensemble des secteurs avant d’imposer de nouvelles contraintes.

« Harmoniser avant de durcir »

Cet article est reservé aux seuls abonnés du journal

Découvrez nos offres d'abonnements

ou contactez-nous 0385295529 ou courrier@agri71.fr

Si vous êtes abonné(e), connectez-vous avec le bouton CONNEXION (ci dessous)

Découvrez nos offres