« Soyez opiniâtres et solidaires »

« Soyez opiniâtres et solidaires »
Frédéric Burrier a présenté le projet de premiers crus de l’appellation mâconnaise pouilly fuissé.

Frédéric Burrier est un habitué des interventions dans le Beaujolais. Président de l’appellation pouilly fuissé dans le Mâconnais, il est intervenu à plusieurs reprises ces dernières années dans des réunions de crus du Beaujolais pour présenter leur projet de premiers crus. C’est donc logiquement que les responsables du cru fleurie ont fait appel à lui, pour un témoignage sans concession. « La hiérarchisation des terroirs, c’est l’âme bourguignonne, introduit d’emblée le vigneron qui porte avec son équipe ce projet de premiers crus depuis une dizaine d’années maintenant et qui sera validé pour la récolte 2020. Vous allez changer le regard des amateurs de vins. Et je suis convaincu que dans le Beaujolais, des crus peuvent prétendre à ces premiers crus. Mais c’est un projet à long terme, qu’il faut construire en revendiquant déjà les lieux-dits et en étant fier. Car l’Inao ne crée pas, elle reconnaît. Il faut le nourrir d’éléments d’usages, de notoriété, etc.», indique le président. Le cru pouilly fuissé, dont la superficie s’étend sur 800 ha, est allé de l’avant sur ce projet, en faisant marche arrière aussi, notamment sur la délimitation des futurs climats. « Forcément, il y a eu des débats entre nous. Nous étions partis sur un premier tracé de 100 ha. Et finalement, nous aurons 22 premiers crus pour une surface de 193 ha. Le cahier des charges comptera aussi. Il faudra faire des efforts. Nous-mêmes avons inclu une dimension environnementale en interdisant le désherbage chimique dans les premiers crus », illustre-t-il. Enfin, Frédéric Burrier conseille aux vignerons du cru fleurie de s’approprier leur projet, en faisant preuve d’ambition, sans se soucier du regard des autres vignobles. « Soyez opiniâtres et solidaires. C’est un projet qui ne va pas envenimer les relations entre viticulteurs. Au contraire, elles se sont renforcées au sein de notre appellation. Et les vignerons ont adhéré, à l’image de notre assemblée générale qui réunissait 210 viticulteurs sur les 250 du cru. Et 94 % d’entre eux avaient voté en faveur de la délimitation proposée », conclut-il.