Depuis la loi ÉGAlim de 2018, les producteurs de lait doivent proposer un contrat contenant des indicateurs de coût de production et de prix de marché à leur acheteur. Au-delà de ces indicateurs, les contrats doivent contenir des clauses bien spécifiques, ce qui n’est pas le cas partout en BFC. Il est donc impératif de revoir les contrats dès à présent. Être organisé en OP facilitera le travail d’écriture, de proposition et de négociation de contrats.  

Ça avance !
Gilles Ciresa, président de l’Association des producteurs de lait de Bourgogne Franche-Comté (APL BFC).

La lecture de cet article est accessible GRATUITEMENT après une simple inscription mail (valant inscription à nos Newsletters)

Découvrez également nos offres d'abonnements

ou contactez-nous 0385295529 ou courrier@agri71.fr

Si vous êtes abonné(e), connectez-vous avec le bouton CONNEXION (ci dessous)

Découvrez nos offres