Saline royale d'Arc-et-Senans
L’aménagement d’un second demi-cercle

Depuis octobre 2020, la Saline royale d’Arc-et-Senans a agrandit son site avec un espace touristique qui complétera le premier demi-cercle. 

L’aménagement d’un second demi-cercle

La Saline royale d’Arc-et-Senans, classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1982, est située à la frontière entre le Jura et le Doubs. Construite par l’architecte du Siècle des Lumières Claude Nicolas Ledoux, c’est pour donner vie à son projet initial que le site travaille sur l’aménagement d’un second demi-cercle, venant compléter celui déjà existant. À l’intérieur de ce « cercle immense », des jardins pédagogiques destinés aux familles serviront de terrains pour de nombreuses activités comme la composition de bouquets, la fabrication de tisanes, ou encore l’initiation à la permaculture… Chaque espace reprendra un thème particulier. Il y aura tout d’abord la vie, avec le jardin des couleurs et des odeurs. Puis l’adaptation, avec un espace composé de plantes médicinales et aromatiques. Viendra ensuite la graine, avec un lopin de terre consacré aux céréales anciennes. Enfin, le thème du sol sera représenté par une parcelle composée d’un potager. 
Cette extension abritera également une prairie élaborée avec différentes cultures. Une partie va être livrée à elle-même, au naturel, dans l’objectif de voir ce que la terre a à offrir sans que l’Homme n’intervienne. Le but est de laisser toutes les plantes faire leur travail sans les chasser, même les mauvaises herbes. Une autre section va être ensemencée, et du fourrage sera étendu sur une troisième partie. 
Enfin, une double rangée d’arbres fruitiers de la région comme des cerisiers, pruniers, pommiers ou encore figuiers encercleront l’extension. 

Un évènement culte déplacé 

Depuis 2001, la Saline organise en période estivale le Festival des jardins éphémères. Chaque année, un thème est donné. Le site invite une vingtaine d’écoles de paysagisme et laisse aux étudiants libre cours à leur imagination pour interpréter, à leur manière, le thème donné, sur un jardin à l’intérieur du site. Mais à partir de cette année, cet évènement va être déplacé à l’arrière du second demi-cercle. L’objectif est d’offrir une visite supplémentaire aux touristes tout en ayant une vision pédagogique qui passe par cette collaboration. Neuf jardins sont mis à la disposition des étudiants. En ce qui concerne le Festival de 2018, vingt-six établissements de formation partenaires ont participé à l’évènement.
Cette année, le Festival des jardins éphémères se déroulera de début juin à mi-octobre et se clôturera par la foire aux plantes, prévue les 15 et 16 octobre. 

Réaménager les espaces dans le mur d’enceinte

Les parcelles qui accueillent depuis bientôt vingt ans le Festival des jardins deviendront à partir de 2021 des jardins en mouvement. Proposé par Gilles Clément, par l’intermédiaire de l’agence Mayot et Toussaint, l’enjeu principal est notamment la lutte contre le réchauffement climatique. Les douze jardins sont répartis à travers six thèmes : la graine, le sol, l’eau, la conquête, l’alimentaire ainsi que des œuvres d’artistes, comme le jardin zen d’Erik Borja, et Dédale, un labyrinthe en métal proposé par Gilles Picouet. Contrairement au festival, ces créations seront visibles toute l’année. 

Respecter l’environnement sous toutes ses formes 

La Saline se trouvant entre deux sites Natura 2000, à savoir La Loue et la forêt de Chaux, la préservation de l’environnement reste au centre des préoccupations. D’autant que l’enceinte possède d’importantes colonies de chauves-souris au niveau du quartier des gardes. L’objectif de ce « cercle immense » est d’en faire un « îlot de biodiversité », d’après Denis Duquet, responsable des jardins. Enfin, la présence d’arbres sur toute la parcelle accentue cette idée de préservation de l’environnement. 

Le « cercle immense » ouvrira ses portes en juin 2022, à l’occasion du Festival des jardins éphémères.

Ludivine Degenève