Association des maires ruraux 71
La défense et la promotion de la ruralité

Françoise Thomas
-

L’assemblée générale de l’union des maires des communes rurales de Saône-et-Loire (UCMR71) s’est tenue le samedi 2 octobre dernier à Curgy. L’occasion de revenir sur les faits marquants de l’année écoulée et d’évoquer sous forme de conférence-discussion le thème du retour des citadins en zones rurales, "de la ville à la campagne : une vraie tendance ?".

En guise d’accueil, Jean-François Farenc, le président de l’UCMR71, a annoncé des chiffres qui font toujours plaisir à constater : le nombre d’adhérents à l’Union a progressé par rapport à 2020, avec une trentaine de nouveaux membres, pour atteindre cette fin septembre 298 adhérents. Ce qui veut dire que 60 % des communes rurales de Saône-et-Loire sont adhérentes à l’UMCR…

Du côté du retour sur les principales actions de l’UMCR sur la période novembre 2020 - septembre 2021, un point a été proposé sur la crise sanitaire.

Chacun a pu « se rendre compte pendant cette période de crise du rôle [de] toute l’institution communale qui s’est mobilisée et qui est irremplaçable lorsqu’une crise survient et qu’il s’agit de retrouver de la proximité, de la solidarité, de l’entraide au quotidien », a-t-il souligné dans son rapport moral.

Sans retracer toute la période de crise sanitaire, l’UMCR s’est mobilisée et a agi auprès des services de l’État notamment « lorsque certains critères de fermeture des commerces frappaient le petit commerce plus que de raison, et qu’il y avait un sentiment de profonde inégalité entre la grande distribution et les petits commerçants et producteurs locaux ».

À l’occasion de cette crise, l’Union a milité « pour que les marchés alimentaires locaux puissent se tenir » et a même « soutenu la création de nouveaux marchés de producteurs qui permettent un développement de la consommation locale ».

Soutien du monde agricole

Par ailleurs, l’association se veut être un soutien des maires confrontés au loup. Comme par au printemps dernier, lorsque le loup sévissait dans certaines communes du département, l’UMCR a notamment « réagi fermement auprès de la préfecture et de la Direction des territoires sur l’inertie dont a fait preuve l’Office Français de la Biodiversité (l’OFB) au moment des attaques dans le Mâconnais-Clunisois ».

L’UMCR est en contact permanent avec les représentants agricoles car « l’agriculture est un élément majeur de la ruralité et une garantie de l’entretien de nos paysages ».

Solidaire avec la profession agricole confrontée au changement climatique, l’UCMR71 travaille en concertation sur les sujets de préservation des surfaces agricoles ou de la mise en place des ZNT, les zones de non-traitement.

Quelques priorités de travail à venir

L’association suit de très près, avec le Conseil départemental, le déploiement de la fibre optique dans le département, car là aussi il s’agit d’obtenir l’égalité d’accès au Très haut débit (THD) entre les urbains et ruraux.

Par ailleurs, le projet de réorganisation des Trésoreries en Saône-et-Loire « a avancé pendant la période Covid dans une certaine discrétion et la fermeture de 23 trésoreries, annoncée en 2019, est largement engagée, une vraie "déruralisation" des finances publiques… », constate-t-on à l’UMCR.

La Saône-et-Loire est à 90 % un territoire rural et bénéficie d’un maillage de plus de 500 communes rurales, ce maillage très fort est une richesse et une force pour l’ensemble du département.

Le Premier ministre au Congrès national des Maires ruraux a indiqué que 80 % des communes rurales sont désormais en progression démographique. « Nous constatons que la crise sanitaire a déclenché une envie de vivre à la campagne. Aujourd’hui la ruralité attire… L’exode urbain est une réalité concrète ; comment s’y préparer », c’était le sujet du jour de cette AG.