INFLUENZA AVIAIRE
En Bresse, consensus entre éleveurs et pouvoirs publics sur la biosécurité

En Bresse, consensus entre éleveurs et pouvoirs publics sur la biosécurité

Alors qu'une trentaine de cas d’influenza aviaire ont été détectés sur des oiseaux sauvages à 20 km des premiers élevages de volailles de Bresse, la filière et les pouvoirs publics ont trouvé un « consensus » sur les mesures de prévention, a indiqué le Comité interprofessionnel de la volaille de Bresse (CIVB). Les éleveurs bressans refusent toujours la claustration totale des animaux, obligatoire depuis le passage en risque « élevé » pour l’influenza en novembre 2021. Une mesure synonyme de dégradation du bien-être animal et de perte de la labellisation AOP. Finalement, la période de démarrage des volailles en bâtiment sera doublée (dix semaines au lieu de cinq) pour « limiter les risques », explique le CIVB. Par ailleurs, « certains éleveurs ont décidé de réduire la densité en bâtiments, en passant à 250 animaux au lieu de 500 en moyenne ». « L’administration a autorisé l’ouverture des parcours et la sortie des volaille sous filet (jusque-là réservée aux canards) », rapporte le CIVB. Les professionnels attendent encore une réponse écrite sur la réduction des parcours : « La législation nationale (arrêté biosécurité du 29 septembre 2021, NDLR) impose 0,5 m2 maximum par volaille », contre 10 m2 minimum dans le cahier des charges de l’AOP des volailles de Bresse.