Prix Nobel
Les sciences de la nourriture

Cédric MICHELIN
-

Le 7 octobre, l’Académie royale des sciences de Suède a attribué le prix Nobel de chimie 2020 à Emmanuelle Charpentier et Jennifer A. Doudna, les deux scientifiques ayant mis au point les « ciseaux génétiques » Crispr/Cas9*. Deux jours plus tard, c’est le Programme alimentaire mondial (PAM) qui obtenait le prix Nobel de la paix.

Les sciences de la nourriture
La Française, Emmanuelle Charpentier a dédié son prix Nobel à toutes les scientifiques pour souligner que chaque femme est capable de s'accomplir en sciences.

C'est malheureux mais il n’existe ni de Prix Nobel de l’Agriculture, ni de Biologie. Mais en récompensant, le PAM et le Crispr/Cas9 en (Bio)chimie, le Comité Nobel a rappelé toute l’importance des sciences de la vie et son pendant le plus concret : l’alimentation. C'est donc l’agriculture entière qui se voit récompensée. Manière de rappeler son importance à l'heure d'une pandémie Covid-19 qui vient plonger des millions d'humains dans la pauvreté et la famine.

Révolution généticienne

En ce qui concerne Crispr/Cas9, dès sa création en 2012, les biologistes et généticiens du monde entier savaient que cette reconnaissance était évidente, tant cette technologie Crispr a marqué une révolution pour toute modification génétique. Tellement puissante, accessible et peu onéreuse qu’elle a immédiatement été adoptée mais également critiquée, et fait l’objet de polémiques et de scénarii catastrophiques. « Cette découverte a non seulement révolutionné la science, mais elle a également abouti à des variétés innovantes et conduira à des traitements médicaux de rupture », a cependant souligné Claes Gustafsson, président du comité du Nobel pour la Chimie.
En médecine, comme en obtention variétale, l’utilisation de cet outil a « explosé » depuis 2012 dans le monde scientifique, rappelle l’académie Suédoise. Avec Talen et d'autres technologies récentes, CrispR-Cas9 forme un ensemble appelé Nouvelles biotechnologies végétales (NBT), dont la Commission européenne s’est engagée à clarifier le statut (OGM ou non) dans le cadre de sa stratégie "de la ferme à la table". Ces technologies relèvent aujourd'hui de la législation communautaire sur les OGM. Le parti "vert" allemand a récemment reconnu que cette technologie pouvait être source de bénéfices (mais pas sans inconvénients). Aux autorités maintenant de bien l’encadrer, peut-être comme le nucléaire, pour que seuls les Instituts de recherche publics puissent expérimenter et créer des variétés animales ou végétales acceptables par la société...

Le PAM prix Nobel de la paix 2020

Il reste tant à faire pour éradiquer la faim dans le monde, surtout avec le changement climatique qui vient perturber toutes les filières agricoles dans le monde. C'est pourquoi (sans oublier la crise du Covid-19), le Programme alimentaire mondial (PAM) a obtenu le prix Nobel de la paix 2020, a aussi annoncé le Comité Nobel le 9 octobre. Le PAM est « récompensé pour ses efforts de lutte contre la faim, pour sa contribution à l'amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par les conflits et pour avoir joué un rôle moteur dans les efforts visant à empêcher l'utilisation de la faim comme arme de guerre », a annoncé Berit Reiss-Andersen, présidente du comité Nobel. Le PAM, organisme de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), a son siège à Rome (Italie).

Il a distribué en 2019, plus de 15 milliards de rations à 97 millions de personnes, ce qui représente en affrètement, l’équivalent de 5.600 camions par jour. Il est à noter que la malnutrition touche dans le monde plus de 800 millions de personnes. Plutôt que d’importer des dons alimentaires, le PAM a notamment une politique d’achat de nourriture locale pour consolider les filières d’un pays pauvre, en guerre ou gangréné par la corruption. Une sorte de Pac à l’échelle mondiale.