Conseil départemental de Saône-et-Loire
Le Département répond présent

Le Conseil départemental de Saône-et-Loire s’est réuni pour sa dernière assemblée de l’année 2021 les 16 et 17 décembre dernier à Mâcon. Plusieurs dossiers concernant l’agriculture et la viticulture ont été votés. Le Préfet de Saône-et-Loire a également fait le bilan de l’année des services de l’Etat, revenant notamment sur le plan Loup.

Évidemment, en pleine cinquième vague de Covid saturant à nouveau les hôpitaux de Saône-et-Loire, les premières mesures votées par les conseillers départementaux allaient tout naturellement vers un renforcement des Centres de Santé, avec de nouvelles ouvertures et le recrutement de médecins généralistes ou de spécialistes. Une solution concrète pour lutter contre la désertification médicale.

Si bien d’autres mesures vont également dans le sens de soutien aux populations les plus fragiles, le Département a également voté une rallonge pour aider les agriculteurs à faire face au changement climatique. Après trois années de sécheresse, 1,6 million d’€ a été octroyé pour le plan Eau, finançant les récupérateurs d’eau de pluie, pour l’abreuvement notamment. 160 exploitations sont ainsi équipées en dispositifs. Vu la pluie de cette année, ce sont 13 millions de litres d’eau qui ont potentiellement été récupérés.
Le vice-président, Frédéric Brochot en charge de l’agriculture s’est félicité de voir ce dispositif rencontrer un certain succès, preuve que cela était attendu et nécessaire. Les élus ont voté une modification du règlement d’intervention. Désormais l’acquisition de tonnes à eau ne sera possible que si elles sont partie intégrante d’un dispositif plus large de récupération et traitement des eaux pluviales. Dès lors, le Département décide de prolonger d’un an, jusqu’au 31 décembre 2022, le délai de réalisation des travaux pour les bénéficiaires qui en feront la demande.
Au total, ce sont quelque 6 millions d’€ qui ont été votés pour l’agriculture avec le plan pour aider la filière équine (lire ci-dessous) et pour continuer de développer les productions et les consommations de produits agricoles locaux, via notamment le début de la rédaction d’un Projet Alimentaire Territorial.

La réactivité face aux loups

Invité à venir faire un bilan des services de l’État en Saône-et-Loire, le Préfet Julien Charles est notamment revenu sur la gestion des attaques de troupeaux par des loups. Il faut dire que Frédéric Brochot, l’avait interpellé en le questionnant clairement : « Nos éleveurs ovins produisent-ils pour nourrir la population ou les loups ? ». Le Préfet lui a répondu : « Ma consigne c’est la réactivité, dans le champ de l’indemnisation de la valeur ; Une réaction opérationnelle, avec des louvetiers pour des présences physiques et humaines. Mais aussi la mise en place de moyens de protection. Elles permettent les autorisations de tir. Il y a 15 jours, des autorisations ont été accordées. J’ai pris un arrêté sur le cerclage des communes, pour le cofinancement des protections ». Julien Charles concluant : « nous nous sommes lancés, avec la chambre d’agriculture, pour identifier des exploitations qui ne sont pas intégralement « protégeables ». J’espère que l’on pourra aller sur cette procédure expérimentale ! »
Cédric Michelin
Alain Bollery – creusot-infos.com