Cuma L’Équipe à Toulon-sur-Arroux
Une ancienne exploitation convertie en QG !

Marc Labille
-

À Toulon-sur-Arroux, la Cuma L’Équipe vient d’inaugurer un nouveau site pour abriter tout son matériel. La solution économe est venue du rachat du corps de ferme d’un ancien adhérent retraité.

Une ancienne exploitation convertie en QG !
Le 5 septembre dernier, les adhérents de la Cuma L’Equipe ont inauguré leur nouveau bâtiment à Toulon-sur-Arroux.

Le 5 septembre dernier à Toulon-sur-Arroux, la Cuma L’Équipe inaugurait un nouveau site destiné à abriter ses 45 matériels. La Cuma L’Équipe fédère 54 adhérents de huit communes autour de Toulon et elle réalise un chiffre d’affaires de 120.000 €. Comme la plupart des Cuma, c’est le groupe ensilage qui pèse le plus lourd avec une automotrice utilisée par onze adhérents. La machine réalise même quelques chantiers chez des éleveurs qui ne sont pas encore adhérents, signalent Julien Maréchal, président et Bertrand Guillot, trésorier et ancien président. Car la coopérative est toujours prête à accueillir de nouveaux agriculteurs, confient les deux responsables. Une manière de préparer l’avenir. Dans le même état d’esprit, un administrateur stagiaire se tient toujours prêt à succéder à l’un de ses pairs. Les deux responsables observent avec satisfaction que leur Cuma compte toujours plus d’adhérents : « preuve que cela marche ! », se félicite Julien Maréchal. 

Matériel adapté à la diversité des adhérents

« Nos structures grandissent. Le matériel évolue, mais on essaie toujours de ne pas oublier les adhérents qui n’ont pas de gros tracteurs », fait aussi valoir le président. La Cuma possède ainsi deux pulvérisateurs ; l’un équipé d’une petite cuve et d’une rampe de traitement de 12 m et l’autre plus volumineux, capable de traiter sur 24 m. Idem pour les deux tonnes à lisier de 10.000 et 12.000 litres. La coopérative possède aussi deux déchaumeurs, deux semoirs à maïs, deux semoirs à engrais, deux bétaillères, trois herses à prairies, etc. Adapté à la diversité de ses adhérents, le parc matériel recèle aussi quelques innovations dernier cri comme ce pulvérisateur équipé du système de guidage GPS et de la coupure de tronçon. La Cuma possède aussi une désherbineuse qui bine le maïs tout en le traitant au pied. Des outils contribuant à limiter l’emploi de désherbant et qui bénéficient d’aides régionales, font valoir les responsables.

Une solution à moindre coût

Profitant d’une bonne dynamique, la Cuma L’Équipe ne disposait toutefois pas de site centralisé pour rassembler son parc de matériel. Ce dernier était dispersé chez les différents responsables ou bien logé dans deux bâtiments en location. La réflexion était engagée depuis quelques années et plusieurs scénarii avaient été envisagés. Le projet a pris une nouvelle tournure lorsque l’un des adhérents de la Cuma a pris sa retraite. « On lui louait déjà un hangar et sa ferme située près du bourg de Toulon allait être libérée ». Il y avait là de quoi loger à l’abri et sur un lieu bien « centralisé pour tout le monde » l’ensemble du matériel de la coopérative… Une solution « à moindre coût, sans rien à construire, évitant de gros travaux… ». Les responsables de la Cuma n’ont pas hésité. La coopérative a racheté le corps de ferme composé d’une étable entravée et de deux hangars à fourrage.

Un confortable mobil-home pour 3.500 €

C’est l’ancienne étable qui a nécessité le plus de modifications. Le bâtiment a été ouvert à son extrémité. À l’intérieur, tous les bétons des anciennes stalles et crèches ont été cassés et évacués. Les abords ont été empierrés. Cette ancienne étable toute en longueur accueille les matériels les moins volumineux. Ils sont rangés en épi, de part et d’autre d’un couloir central ce qui permet de pouvoir atteler ou dételer n’importe quel matériel sans avoir à en déplacer d’autres, explique Bertrand Guillot. Au fond du bâtiment, les adhérents ont installé un mobil-home. « Nous voulions construire un local en dur mais il nous aurait coûté 25.000 € ! Notre mobil-home nous est revenu à seulement 3.500 € et il est isolé, climatisé, chauffé. Il comprend deux pièces ; l’une pour les papiers administratifs, l’autre pour les réunions et il est équipé d’une douche, d’une cuisine et de WC », détaille Julien Maréchal.

Les deux anciens hangars de stockage reçoivent le gros matériel (ensileuse, tonnes à lisier…). L’ancienne plateforme à fumier sert désormais d’aire de lavage pour le matériel. L’ancienne fosse à lisier servant à récupérer les eaux de lavage.

Un endroit pour se retrouver

Le montant de l’investissement réalisé par la Cuma L’Équipe s’élève à 40.000 €. Une somme dont il faut déduire une aide obtenue dans le cadre du dispositif Dina de la fédération nationale des Cuma. Ce nouveau site qui rassemble tout le matériel de la Cuma est un progrès indiscutable pour les adhérents. Au-delà du stockage au sec et de la centralisation des matériels, ce lieu favorise les rencontres entre les adhérents. « C’est important d’avoir un endroit pour se réunir. On retrouve des gens qu’on ne voyait plus », confie Bertrand Guillot. Cela s’inscrit dans la convivialité, poursuit Julien Maréchal. Une convivialité préservée au sein de la Cuma L’Équipe, comme le confirment les 50 personnes présentes lors de l’inauguration de ce nouveau bâtiment.