Pisciculture, agriculture, services : l’Établissement public local d’enseignement et de formation professionnelle agricole (Eplefpa) de Château-Chinon (Nièvre) appuie son offre pédagogique sur de nouveaux aménagements et équipements. Son activité profite même d’un effet collatéral de la crise du Covid : l’installation de citadins à la campagne.

Un établissement en plein renouveau
La pisciculture de l’établissement vient de bénéficier d’un investissement de 8 millions d’euros de la part du Conseil régional pour une rénovation en profondeur.

L’année qui s’est écoulée et les 24 mois qui viennent seront jalonnés de développements importants pour l’Eplefpa du Morvan. L’offre pédagogique de l’établissement va se trouver renforcée sur plusieurs des secteurs qu’elle couvre, comme le confirme Michèle Leblanc-Albarel, directrice de l’établissement. La formation aquacole, notamment, est concernée (l’établissement est le seul en France à assurer une formation complète, de la reproduction jusqu’à la vente, et même bientôt la transformation, dans ce domaine). « Nous disposons de deux outils : un consacré à l’élevage et qui est récent, et puis un second, sous la forme d’une ferme aquacole pour laquelle le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté a investi 8 millions d’euros en travaux de rénovation. Cette ferme comporte une pisciculture (écloserie, salle d’alevinage, salle de travaux pratiques) toute neuve. Elle accueillera ses premiers poissons à la mi-mai ». 

Effet Covid inattendu

Par ailleurs, l’établissement met aussi la dernière main à une cuisine qui permettra aux étudiants de transformer les produits à base de poisson. Ce dernier outil permettra de créer une nouvelle formation qui devrait accueillir ses premiers élèves en septembre 2022. Avant cela, dès septembre 2021, tout le pôle de la filière Services aura bénéficié de réaménagements avec des nouvelles salles de travaux pratiques. « Notre volonté, poursuit la directrice, c’est de proposer une formation au plus proche du territoire et ces aménagements constitueront un gros plus pour la filière ». Concernant l’enseignement agricole, l’évolution touche surtout à la formation pour adultes, d’une manière assez inattendue. L’établissement est en effet confronté à une hausse des demandes de formations émanant de personnes qui ont décidé de quitter la ville, à l’occasion de la crise sanitaire et du confinement, et qui viennent s’installer à la campagne : « nous disposons de 24 places de formation, précise Michèle Leblanc-Albarel, et, en 2020, nous avons eu 75 demandes, contre 25/30 en année normale. Du coup, nous demandons la possibilité d’ouvrir une seconde classe pour 2021 ». 

Berty Robert
http://morvanformations.com

Fiche signalétique

L’établissement s’appuie sur trois centres : 
- une exploitation piscicole (120.000 truites commercialisées chaque année – quatre salariés)
- un centre de formation pour adultes (75.000 heures stagiaires - 25 salariés)
- un lycée (250 élèves - 70 salariés)

Trois filières de formations sont proposées sur le lycée : 
- Services à la personne et à l’animation (1/3 des élèves) 
- Agriculture (20 % des élèves)
- Aquaculture (50 % des élèves)

Pour chaque filière, on compte un bac pro et un BTS : 
- un bac pro agriculture 
- un bac pro services 
- un bac pro piscicole 
- un BTS aquacole 
- un BTS Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole (Acse) 
- un BTS développement et animation des territoires.