Alimentation
La prairie qui nourrit et guérit

Françoise Thomas
-

Installés depuis bientôt quatre ans en élevage caprin à Sivignon dans le Clunisois, Sébastien et Antoinette Francisco ont déjà essuyé trois sécheresses. S’ils ne manquent pas en théorie de prairie, ils se sont lancés dans un projet cherchant à complémenter l’alimentation de base des chèvres, en revenant à leur marotte à elles : les haies et les arbres. Un pari tout autant qu’un très beau défi.

La prairie qui nourrit et guérit
Avec leur prairie et leur haie fourragères, Antoinette et Sébastien Francisco ont notamment en optique de rendre leur troupeau plus autonome et plus rustique, se basant sur l’instinct des chèvres à consommer, dès que le besoin s’en fait sentir, des feuilles qui ont plus des vertus thérapeutiques que gastronomiques.

La lecture de cet article est accessible GRATUITEMENT après une simple inscription mail (valant inscription à nos Newsletters)

Découvrez également nos offres d'abonnements

ou contactez-nous 0385295529 ou courrier@agri71.fr

Si vous êtes abonné(e), connectez-vous avec le bouton CONNEXION (ci dessous)

Découvrez nos offres